Archives de catégorie : 93e RAM

La soeur de Geoffrey Baumela, brigadier-chef au 93e RAM tué le 20 janvier 2012 en Afghanistan, réagit

C’est la soeur de Geoffrey Baumela, brigadier chef au 93e RAM, assassiné le vendredi 20 janvier 2012 par un soldat renégat de l’Armée nationale Afghane.


Interview réalisée par RTL.

biographie de Geoffrey Baumela, brigadier chef au 93e RAM.

Geoffrey Baumela est né à Echirolles près de Grenoble.

Blog sur l’Afghanistan.

2 témoignages de Jessica, la compagne de Geoffrey Baumela brigadier chef au 93e RAM, mort en Afghanistan le 20 janvier 2012

Jessica est la compagne de Geoffrey Baumela, brigadier chef au 93e RAM, assassiné le vendredi 20 janvier 2012 par un soldat renégat de l’Armée nationale Afghane.

1er témoignage sur RTL, interview en face à face :

Interview très critique envers Nicolas Sarkozy et son ministre de la Défense.

2e témoignage sur Europe 1 (au téléphone) :

Interview moins critique envers Nicolas Sarkozy.

biographie de Geoffrey Baumela, brigadier chef au 93e RAM.

Geoffrey Baumela est né à Echirolles près de Grenoble.

Blog sur l’Afghanistan.

Mise en place de cellules psychologiques dans les 2 écoles de Varces : Charles Mallerin et Poussous (et au collège)

Suite à la mort de 3 soldats du 93e RAM (voir ci-dessous), une cellule de crise a été mise en place au collège de Varces dès vendredi, avec une psychologue et l’infirmière.
La fédération des parents d’élèves est mobilisée.

Et à la demande du maire, dès lundi, des cellules psychologiques vont être mises en place dans les écoles : école Charles Mallerin, école des Poussous…

« Il va falloir veiller aux comportements des enfants dont le père est encore en Afghanistan et qui ont été perturbés par ce qui s’est passé. Nous serons très attentifs à eux », a déclaré aujourd’hui à l’AFP Jean-Jacques Bellet, maire de Varces.
Selon l’élu, « beaucoup d’enfants de militaires sont scolarisés » dans cette petite ville de 6 600 habitants.
Jean-Jacques Bellet a également annoncé qu’il rencontrerait lundi les deux directeurs d’école de sa commune, ajoutant qu’une centaine de soldats du RAM étaient toujours en Afghanistan.
« Forcément, les familles dont les militaires sont encore sur place sont inquiètes et se posent beaucoup de questions », a-t-il poursuivi. D’après l’élu, sur les quelque 1 500 militaires de la base, près de 200 résident à Varces. »

Source.

Des informations sur le renégat de l’Armée Nationale Afghane (ANA) qui a assassiné 4 soldats français dont 3 du 93e RAM

Selon le Ministère de la défense, le soldat afghan qui a tiré vendredi, tuant quatre soldats français et en en blessant quinze autres était un « taliban infiltré ».

Abdul Mansour n’a pourtant que 21 ans, et avait déjà été soldat dans l’ANA dont il a déserté, avant d’y revenir. Rien sur ses motivations, par contre.

Source.

Le ministre de la Défense se recueille sur les cercueils des 4 soldats français et un hommage national est prévu

Hommage national prévu :

Un hommage national est en train d’être organisé; il pourrait avoir lieu dès la semaine prochaine.
On se souviendra qu’en juillet dernier, après la mort de 5 soldats du BG Raptor, un hommage national avait eu lieu aux Invalides (deux autres morts français avaient été associés à cette cérémonie).

Source : blog Lignes de défense.

Biographie de Geoffrey Baumela, brigadier-chef au 93e RAM de Varces, tué en Afghanistan le 20 janvier 2012

Le brigadier-chef Geoffrey Baumela du 93e RAM était le plus jeune -27 ans- des soldats de montagne tués ce matin sur la FOB (« forward operating base« ) de Gwan.
Il s’était engagé en septembre 2006.
Il avait effectué un premier séjour en Guyane, en 2008 au sein de la section maintenance, et avait été promu brigadier le 1er octobre de cette même année.
Il avait débuté son mandat d’OMLT (« Operational Mentor and Liaison Team« ) en septembre dernier, et devait donc rentrer en France le mois prochain, comme ses trois camarades. Il avait une compagne et un enfant.

Source : Jean-Marc Tanguy.

Appartenant également au 93ème RAM, le brigadier-chef Geoffrey Baumela est le plus jeune des quatre militaires français assassinés par un soldat renégat de l’armée nationale afghane. Né le 29 novembre 1984 à Echirolles, il s’engae en septembre 2006 en qualité d’engagé volontaire de l’armée de Terre au sein du régiment de varçois.

Spécialiste mécanicien, le jeune homme fait preuve d’une grande valeur, selon sa hiérarchie. Disponible et dynamique, il gagne ses galons de brigadier en octobre 2008, après un premier déploiement en Guyane.

Décrit comme étant consciencieux, travailleur et appliqué, au point de devenir incontournable dans sa fonction, il est promu brigadier-chef en 2010. Les qualités de ce technicien mécanicien auraient pu lui ouvrir une carrière de sous-officier si le sort n’en avait pas décidé autrement, ce 20 janvier.

Vivant en concubinage et père d’un enfant, le brigadier-chef Baumela était titulaire de la médaille de bronze de la défense nationale avec agrafe « troupes de montagne ».

source.

Blog sur l’Afghanistan.

Biographie de Fabien Willm, adjudant-chef au 93e RAM de Varces, tué en Afghanistan le 20 janvier 2012 (actualisée)

A 43 ans, l’adjudant-chef Fabien Willm, du 93e RAM avait déjà un quart de siècle au service de l’armée de terre. Il avait une dizaine d’opérations à son actif, et il terminait son 3e mandat afghan. (2008, 2009-2010).
Engagé le 1er octobre 1986, il est sergent le 1er avril suivant, puis affecté au 93e RAM, comme chef de pièce, après un passage à Draguignan.
Il est affecté au bataillon de soutien opérationnel du régiment
, puis au 60e RA. Il est promu sergent-chef en 1992, avant d’être affecté au 68e RAA, deux ans plus tard, puis au 8e RA, en août 2001. Il est, à Commercy, officier observateur.
Il est promu adjudant en 2003, puis adjudant-chef en 2009, le 1er janvier 2011, après deux ans au 93e RAM qu’il a retrouvé.
Il était marié et père d’un enfant.

Source : Jean-Marc Tanguy.

Né le 8 juillet 1968, à Strasbourg, l’adjudant-chef Fabien Willm s’est engagé en 1986 en qualité d’élève sous-officier. Nommé sergent un an plus tard, il est affecté, l’issue de sa formation à l’Ecole d’application d’artillerie, au 93ème RAM en qualité de chef de pièce.

Entre 1989 à 1992, il est muté au Bataillon de soutien opérationnel avant de retrouver le 93ème RAM, qu’il quitte à nouveau pour rejoindre le 60ème RA. Promu sergent-chef, il est ensuite affecté au 68e Régiment d’Artillerie d’Afrique en 1994. Décrit comme ayant un « remarquable état d’esprit et une haute conscience professionnelle », il obtient le brevet militaire professionnel du 2e degré « artillerie sol-sol ».

En 2000, ce sous-officier est affecté au 8ème RA de Commercy où il la fonction d’officier observateur. Il obtient ses galons d’adjudant en 2003, puis ceux d’ajudant-chef 8 ans plus tard, alors qu’il a de nouveau rejoint le 93e RAM.

L’adjudant-chef Willm a effectué de nombreuses opérations hors de métropole : Centrafrique en 1996, Guyane en 1998, Polynésie en 2000, Tchad en 2003, Bosnie/Croatie en 2004-2005, Kosovo en 2006, Côte d’Ivoire (2007) et Afghanistan, à plusieur reprises, en 2008 et en 2009-2010.

Marié et père d’un enfant, l’adjudant-chef Willm était titulaire de deux citations à l’ordre de la brigade avec attribution de la croix de la valeur militaire, de la médaille d’outre-mer avec agrafes « République Centrafricaine », « Tchad » et « République de Côte d’Ivoire », de la médaille de la défense nationale échelon or avec agrafes « artillerie » et « mission d’assistance extérieure », de la médaille commémorative française avec agrafes « Ex-Yougoslavie » et « Afghanistan ».

source.

Même si sa biographie n’en fait pas mention, l’ADC Fabien Willm, tué vendredi à Gwan était un expert du guidage des appuis-feu. Il détiendrait un des qualifications les plus importantes en matière, rarement alignée par des sous-officiers.

Valorisée pendant les opérations en Bosnie, dans les années 90, la spécialité de guidage des appuis (FAC) a pris son essor en Afghanistan, pour devenir incontournable, au point qu’un tir aérien ne peut pas intervenir sans l’accord d’un JTAC, appellation américaine des spécialiste du guidage interarmes.
L’armée de terre a, après août 2008, repensé la spécialité, pour regrouper cette compétence au sein de DLOC (détachement de liaison, d’observation et coordination).
La France détiendrait un peu plus de 200 FAC. L’ADC Willm est le premier représentant de la spécialité, toutes armées confondues, à périr en Afghanistan.


Un binôme de FAC du 40e RA guide un Mirage 2000D du 3.11 Corse, pendant le dernier entraînement CASEX, en novembre (photo CCH JB Tabone / FFDJ).

source : Jean-Marc Tanguy.

Blog sur l’Afghanistan.

Biographie de Denis Estin, adjudant-chef au 93e RAM de Varces, tué en Afghanistan le 20 janvier 2012

Le sous-officier (adjudant-chef) Denis Estin (45 ans) aura servi pendant 28 ans.
Il s’était engagé en 1984 au 35e RAP, avant de rallier Saint-Maixent.
Sergent le 1er juillet 1988, il sert successivement au
. 34e RA (1988-1991),
. puis au 3e RA (1991-1993),
. au 68e RAA (1993-2000)
. en même temps que Fabien Willm, au 40e RA, où il est promu adjudant, en 2004.
Il rejoint le 93e RAM le 1er août 2009 en tant qu’adjoint à l’officier SIC. Il est promu adjudant-chef le 1er janvier 2011.
Ce sous-officier avait déjà servi deux fois en Afghanistan : en 2004 et 2009.
Il était marié et père de deux enfants.

Source : Jean-Marc Tanguy.

L’adjudant-chef Denis Estin fait partie des victimes. Né le 12 décembre 1966, à Douai, il commence sa carrière militaire avant ses 18 ans au sein du 35ème Régiment d’Artillerie Parachutiste (RAP) de Tarbes. Nommé brigadier le 1er mai 1987, il intègre, grâce à ses qualités humaines et professionnelles, l’Ecole nationale des sous-officiers d’active de Saint-Maixent un an plus tard.

Nommé sergent à l’issue de sa scolarité, il est affecté au 34ème Régiment d’Artillerie (RA) de Mulheim en qualité d’adjoint au sous-officier transmissions de cette unité. En 1991, il est muté au 3ème RA de Mailly comme chef de station régimentaire.

Trois an plus tard, il rejoint le 68e Régiment d’Artillerie d’Afrique à La Valbonne pour occuper la fonction de sous-officier transmissions d’unité élémentaire. La même année, il est promu au grade de maréchal des logis-chef.

En 2000, il est affecté au 40ème RA de Suippes en qualité de gestionnaire de réseaux radio, puis de technicien grapiste. Décrit comme étant un sous-officier « minutieux et compétent », à la fois rigoureux et dynamique, il est nommé adjudant en 2004.

Muté au 93ème Régiment d’Artillerie de Montagne (RAM) de Varces, il sert en qualité d’ajoint à l’officier des systèmes d’information et de communication. Il est promu adjudant-chef le 1er janvier 2011.

Au cours de sa carrière, ce sous-officier a effectué de nombreuses opérations extérieures ; Centrafrique (1986 et 1994), Tchad (1996), Bosnie/Croatie (2005) et Afganistan (2004 et 2009).

Marié et père de deux enfants, l’adjudant-chef Estin était titulaire de la médaille d’outre-mer avec agrafe « République Centrafricaine », de la médaille d’or de la défense nationale avec agrafes « artillerie » et « mission d’assistance extérieure »et de la médaille commémorative française avec agrafes « Afghanistan » et « ex-Yougoslavie ».

source.

Blog sur l’Afghanistan.

3 soldats du 93e RAM (Régiment d’Artillerie de Montagne) de Varces tués en Afghanistan

4 français ont été tués ce matin pendant leur footing sur la FOB (Forward Operating Base) Gwan en Afghanistan, a-t-on appris de sources convergentes. Ils étaient donc de fait sans gilet pare-balles, et vraisemblablement, désarmés. Ils appartiennent au 93e RAM [de VARCES (en Isère, près de Grenoble)] pour 3 d’entre eux.

Source : Jean-Marc Tanguy.

RIP.

Est-ce qu’un hommage de la Mairie de Varces est prévu ?

Blog sur l’Afghanistan.